Archive pour 'DESTINATION'

LES GORGES DE KOLA

A peine 6 km du centre urbain de Guider. Et au loin, on aperçoit comme une étendue d’eau de mer. Ce qui s’apparente à de grosses « vagues » ne sont que de rochers polis par le flot des eaux. Nous sommes au Gorges de kola.

Une grotte située sur le lit du Mayo Louti. Lequel a donné son nom au département dont Guider est le chef – lieu. Toute la splendeur du site est donc uniquement visible en période d’étiage (environ 9 mois sur 12), comme ce samedi 13 février 2010 où le Président national du Front pour le Salut du Cameroun (FSNC), Issa Tchiroma Bakary et ses militants s’y sont rendus.

On y découvre un endroit calme et reposant. Un paysage merveilleux. Des sports tels l’alpinisme ou le saut à l’élastique peuvent y être pratiqués.

                                     
Pour Ahmadou Abo, élite du coin, c’est tout simplement le plus beau site touristique du Cameroun loin devant le parc de Waza ou les chutes de la Lobé. Mais les « Gorges de kola », à un peu plus de 100 km de Garoua n’attirent pas grand monde. Juste quelques missionnaires du coin ou des personnes en séjour dans la ville viennent de temps en temps prendre du bon temps. Le problème est tout simple. Le site n’est ni médiatisé, ni viabilisé.
Une grotte de mystères
Il n’y a par exemple pas de guide qui puisse faire découvrir facilement le site, encore moins pour conter aux visiteurs les mystères de ces lieux. Et pourtant des mystères ils en existent. La légende raconte par exemple qu’il y aurait dans cette grotte tout un appartement. Il y aurait même toute une chambre dédiée au diable. On raconte également que les poissons y apparaissent une fois l’an. Les riverains peuvent alors y pêcher plusieurs tonnes de poissons sur un durée d’environ un mois et plus rien. Il faut encore attendre l’année suivante. Et en retour pourrait – on dire, un enfant est emporté par les eaux. Il est retrouvé en aval en vie mais toujours avec le bout du nez arraché.

gorgesdekola01.jpggorgeskola22.jpg

 

 

MBALMAYO

Située en plein centre du Cameroun, la Commune de Mbalmayo se trouve à une quarantaine de km de Yaoundé la capitale. C’est une ville carrefour entre les régions du Centre et du Sud Cameroun. A 30km de l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen, on y accède par une route bitumée qui la traverse et la relie aux principales villes du sud et aux pays voisins tels que le Gabon et la Guinée équatoriale, le Congo Brazzaville.

Sa population est évaluée à plus de 100 000 habitants regroupés sur une superficie globale de 90 000km². Mbalmayo ville historique, née pendant la colonisation allemande accueille toutes les couches de la population du Cameroun et beaucoup d’étrangers s’y sont également installés. Ces populations vivent du commerce, de l’agriculture et de l’élevage.

Traversée de part et d’autre par le fleuve Nyong, la vie économique des populations est liée à ce fleuve aux eaux noires. Long de plus de 700km, son importance n’est plus à démontrer pour la ville, le département qui porte son nom et même toute la région du Centre du Cameroun.

Navigable sur plus de 300km, il a contribué à servir pendant longtemps comme moyen de locomotion pour le transport des produits de l’agriculture, le bois, les personnes et biens de toutes sortes. Le Nyong est le 2e plus grand fleuve du pays.

Mbalmayo sert de château d’eau pour la ville de Yaoundé puisqu’elle abrite l’usine de captage et de traitement des eaux qui alimentent Yaoundé. Ici, sont traités par jours plus de 100.000m3 d’eau acheminés à Yaoundé par une canalisation souterraine.

Le Nyong constitue lui seul un grand potentiel touristique énorme. L’une des priorités de la commune est de renforcer ce potentiel. Le site touristique d’Ebogo est l’illustration des ambitions que le Maire nourrit pour faire de sa commune une de ses principales destinations touristiques du Cameroun. Avec le concours du l’OMT (office mondiale du tourisme), le projet d’Ebogo prend de plus en plus corps et les visiteurs n’ont pas attendu pour faire de ce site leur destination préférée pour les excursions. Cependant le fleuve Nyong subit une menace quotidienne, il s’agit de cette herbe qui pousse sur la surface des eaux et qui réduit considérablement le lit du fleuve, car à certains endroits, elle a recouvert la totalité de la surface des eaux.

Mbalmayo touristique c’est également les grottes d’Akok Bekoé, le sanctuaire Marial, la cathédrale ou a longuement servi Mgr Paul Etoga, le premier évêque noir de toute l’Afrique centrale, mais surtout son Institut de formation artistique. Crée il y’a plus de 15ans, avec le concours des missionnaires Italiens l’IFA accueille des jeunes filles et garçons dans des domaines comme la sculpture, la Céramique, la peinture, le dessin d’art et les technologies diverses. Ce centre de référence en Afrique centrale est une réponse adaptée aux questions d’emploi qui s’oppose à notre jeunesse.

Mbalmayo compte une large majorité des jeunes. C’est pourquoi la ville comporte de nombreuses structures de formation scolaires d’enseignement primaire, secondaire et professionnel. On peut citer l’école des Eaux et Forêts, mais surtout le lycée technique Industriel et commercial, qui se veut le principal moule de l’apprentissage des métiers. Pourtant, malgré les efforts des autorités, l’établissement fait face à de nombreux problèmes liés au manque d’infrastructures. Les ateliers qui doivent assurer la formation pratique des élèves sont vides. Que ce soit pour la filière de l’industrie de l’habillement, l’Economie Sociale et Familiale, la Mécanique Auto, l’électricité ou la menuiserie et les métiers de bois, les apprenants sont confrontés à l’épineux problème de matériel d’apprentissage.

Ayant compris que la jeunesse est l’avenir, la Municipalité met les moyens leur épanouissement. La ville dispose d’une équipe de football dans le championnat civil de 2e division. Mbalmayo club est majoritairement soutenu par la commune de Mbalmayo. Sur le plan culturel, la Mairie organise chaque année une grande foire culturelle dénommée « ABOK ». En langue locale c’est la fête. C’est un véritable lieu de brassage de cultures.

Pour rendre les jeunes aptes à faire face à ces défis, et renforcer le potentiel déjà existant, la Mairie se propose de créer un centre de jeunesse dans la ville. Projet qui suscite déjà un véritable engouement auprès des principaux bénéficiaires.

Mbalmayo est donc une ville qui prend en main son développement. Une ville d’avenir tournée vers la modernité. Avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication, il est question d’abandonner la gestion du peu des moyens disponibles n’est pas efficiente. Cette modernité se trouve renforcée par la présence des infrastructures de télécommunication qui constituent une véritable ouverture sur le monde. La Connexion à Internet est vulgarisée pour permettre à la ville de communiquer avec l’extérieur. Il y’a en plus la Radio communautaire des femmes, spécialisée pour les problèmes de Femmes, véritable agent de développement, outil indispensable pour véhiculer au sein de la population des messages importants en langues locale.

 

mbalmayo

zazaalex |
St Jean Infos : journal en... |
Ma classe maternelle 2010/2011 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | VIRTUAL COMMUNICATION
| vibramycinfr
| tresoria